Le trait d'union


GUIDANCE ANIMALE - 22 FEVRIER 2019

Chien : XXX, né le 17 AOUT 2013

Transmission autorisée par les personnes concernées sous couvert d'anonymat

La photo du chien n'est pas celle de l'animal en question


 

PROFIL

Humains : A + B + C + D + E + F

Lieu de vie : Appartement depuis 2017, avant maison.

DEMANDE

Il vit avec moi car ma fille C, qui s’occupait d’XXX quand je travaillais, est partie en septembre 2018. Elle revient cette année. En 2016, on vivait dans une maison avec mon compagnon on était 6 avec les enfants et j’ai déménagé en avril 2017 et maintenant je vis seule avec XXX dans un appartement.

B mon compagnon vient le chercher le vendredi et le samedi pour qu’il ne soit pas seul.

De temps en temps, je l’emmène au travail quand les journées sont longues en semaine, et je le balade souvent en forêt pratiquement une fois par jour voire deux fois.

Il est impossible de nager avec lui car il veut absolument nous sauver et nous grimper sur le dos et il nous lacère le dos, pourquoi ?

Est-il heureux ? Et pourquoi tire-t-il comme un fou sur la laisse ? Je pars en vacances le 24 février je vais le laisser une semaine chez B, mon ami peux-tu le lui dire. Si il a peur d’être abandonné dis-lui que je ne l’abandonnerai jamais et que je l’aime beaucoup, est-il en bonne santé?

 

XXX vient spontanément vers moi, lorsque je me présente, mais il semble fatigué, comme usé, ou blasé.

Lorsque je lui dis que je suis ici pour lui parler, prendre ses messages et lui donner les miens, il me répond : A quoi bon ?

  • Tu sembles dépité, pour quelle raison ?

Oh tu sais, j’ai l’impression de n’être qu’un bouche trou, une sorte de médicament magique qu’on se transmet le temps d’une maladie. Puis on me replace dans la pharmacie.

  • Tu as le sentiment d’être placé, rangé ?

Un peu parfois, je me sens encombrant aussi. Les humains s’organisent autour de moi, ils ont bon cœur, mais parfois se disent que si je n’étais pas là, ils seraient aussi plus tranquilles.

  • Je dois te dire que tu ne seras jamais abandonné, tu es aimé, et tu seras toujours avec A.

Oh ça aussi, je le sais, je lui tiens compagnie… (je perçois vraiment de la tristesse chez XXX).

  • Tu as perdu ta joie de vivre ? Tu parais triste ou fatigué.

Non pas fatigué, juste triste, un peu. Je n’avais pas prévu cette vie, je croyais que je resterai toujours avec mes humains, on formait une famille, je me sentais heureux. A présent, je ressens des tiraillements, ils vont et viennent, partent ailleurs, la vie est différente, je ne me sens pas en sécurité en fait.

  • Pourtant je viens de te dire que tu ne serais jamais abandonné. A doit partir en vacances et B va te garder un peu, quelques jours, avant qu’elle ne revienne.

Ah oui, je l’aime bien B, c’est un homme, comme moi, j’ai besoin de cette énergie aussi. C’est vital pour moi, de me nourrir de cette façon, c’est différent, plus coriace, plus rude, plus sportif.

  • A me dit qu’elle te promène en forêt régulièrement.

J’adore, mais tu sais, j’ai appris, enfin nous le savons tous, parfois les humains laissent leurs animaux dans les forêts, alors tu vois, j’aime, mais j’ai toujours une crainte au fond de moi. Çà me rappelle des événements passés.

(ce chien a été abandonné ? Adopté ? il connait les box ou les cages, c’est curieux, je n’arrive pas à déterminer si c’est une croyance qu’il a récupéré par télépathie animale ou s’il a vécu un enfermement et la solitude).

  • Es-tu heureux d’aller au salon de temps en temps ?

Ah oui j’aime bien, cela me permet de voir du monde, et j’ai droit à des compliments aussi. A la maison, je fais partie des meubles.

  • XXX, que faudrait-il pour que tu sois heureux, que te manque-t-il ?

Je voudrai ressentir l’apaisement chez tout le monde, le bonheur, et non cet état de « je fais avec » qu’ils ont tous adopté. Ils ne disent pas ce qu’ils ont sur leur cœur. Ils n’osent avouer leurs véritables besoins. Ils ont pris des décisions, qui sont ce qu’elles sont, mais en fait, elles ne conviennent pas vraiment. Tout est devenu bancal. Moi je voudrai que l’on remonte le temps, et que tout le monde se réunissent, que la joie fuse, les rires, l’amour, le vrai, pas ces faux semblants timides et sans lumière. J’ai comme l’impression qu’un brouillard est venu recouvrir la maison du bonheur, cela s’éteint petit à petit, et tout le monde fuit sa route, et ses sentiments.

Pourtant, ils peuvent parler. ils ont tous un peu peur de la réaction de l’autre, aussi, ils gardent pour eux. Parler permet de mettre à plat beaucoup de choses, au lieu de faire des suppositions et d’inventer les intentions des autres. Personne ne peut parler à la place de l’autre. C’est impossible pour les humains, ils ne sont pas assez fins dans leurs perceptions, la télépathie, ils ne pratiquent pas !

  • Quel est ton rôle dans cette famille ?

Un peu ce que je te disais, je suis comme un trait d’union, grâce à moi, on se parle encore, un peu, on se rencontre… Si je n’étais pas là, qui sait combien ils seraient seuls et renfrognés.

  • Bien, j’ai une autre question, pourquoi tires-tu aussi fort sur ta laisse ?

J’ai besoin d’exercice, j’ai besoin de liberté, je me sens parfois comme prisonnier de cette situation, ce jeu, cette pièce de théâtre qu’ils ont tendance à jouer. Mais c’est pour montrer aussi qu’en tirant sur la corde, on étouffe !

  • Ce message est pour qui ?

Transmet le ainsi et tu verras que chacun en prendra pour sa part. Ils sauront qu’à trop tirer sur leur corde, elle va les asphyxier ou céder d’un coup et ils seront perdus avec une liberté totale acquise trop brutalement.

Point trop n’en faut, guider mais ne pas brimer, accompagner mais ne pas forcer…

  • Puis-je savoir pourquoi tu ne peux te baigner avec eux sans les blesser dans le dos ?

Ce n’est pas la première fois que je viens dans le corps d’un chien. Il y a de cela quelques existences, j’ai perdu ma maîtresse, nous avons chaviré, elle est tombée à l’eau, et je n’ai rien pu faire, je voulais la sauver, elle se noyait. Je m’en veux toujours, et j’ai cette peur en moi de les voir se noyer à mes côtés, sans que je puisse agir.

  • Calme-toi XXX, ils savent nager, ils veulent jouer avec toi dans l’eau, ils ne risquent rien et tu n’es coupable de rien, juste de leur faire mal avec tes griffes dans leur dos. Pourrais-tu être plus détendu lorsque tu te baigneras, n’aies crainte.

Je vais essayer, mais cela relève de mon instinct, c’est une sorte de conditionnement, comme une cloche qui sonne dans ma tête lorsque nous sommes à l’eau, j’ai peur pour eux, et je ne veux pas les lâcher.

  • Fais cet effort, s’il te plait, ils sont heureux de partager ce moment avec toi.

  • As-tu quelque chose à demander, c’est le moment, ou même à dire ?

Oui, dis leur que je les aime tous, sans condition, et même si parfois j’embarrasse, je sais que je suis dans la bonne famille. J’apporte ce que je peux à chacun, j’essaie de faire le lien, d’apaiser, c’est lourd et parfois tendu entre eux.

Dis leur qu’il faut parler, ne pas garder pour soi, cela rend malade. Dis leur que s’ils se voyaient avec mes yeux, ils seraient fort surpris de voir combien de masques ils peuvent superposer pour ne pas montrer ce qu’ils ont dans le cœur, que ce soit de la souffrance, des questionnements, ou de l’affection.

Dis leur qu’être handicapés de la communication ça peut se soigner, il est juste nécessaire de faire un premier pas. La sincérité permet l’apaisement, bien plus que la dissimulation et la pudeur exacerbée.

Dis leur combien s’aimer est important et permet de se soutenir. Quand il y a des disputes, il est fondamental de se souvenir d’un sourire, d’un éclat de rire, de la douceur et de l’odeur d’une peau. Pourquoi vous les humains oubliez toujours les bons moments et ne vous souvenez que des mauvais, juste pour nourrir vos colères, vos rancœurs ?…

Dis leur que je ne peux parler, mais que mon cœur bat pour chacun d’eux, et que ma plus grande crainte est de les perdre et de les voir se perdre en n’exprimant pas leurs véritables besoins.

Voilà, lorsqu’ils iront mieux, je me sentirai moi aussi mieux, car je perçois le mal être de chacun et je le cumule en moi, j’ai besoin de joie, et d’énergie plus légère, quelque chose qui pétille… sans quoi, je suis un peu triste, j’avoue.

  • Je vais transmettre tout cela XXX, et j’espère que tu sentiras une différence. De ton côté essaie de moins tirer sur la laisse et lorsque tu te baigneras, sois rassuré, personne ne se noiera.

Je prends congés et XXX s’en retourne, il va se coucher sur une couverture, il me semble, quelque chose rouge ou orangé, il tourne tourne tourne avant de se coucher, apparemment ce n’est pas assez chaud pour lui.


Energie, Joie et Dynamisme au service de vos potentiels

Pascale GASTOUS

Hypnose - Coaching - Thérapies Bio-énergétiques - Médiumnité - Communication Animale - Infirmière DE

06.32.99.63.33 - 34, Rue Guiglia - 06000 Nice

SASU LE CHOIX D’ETRE® - APE 8690 F – 843 018 151 RCS NICE

#chien #communication #guidance

17 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout